Ma grossesse avec Gaïa

Rétrospectivement, je pense que si j’avais eu un autre enfant avant Gaïa, j’aurai pu écouter mon corps et me rendre compte par moi même que quelque chose n’allait pas.

Il en est ainsi, Gaïa a choisi une maman qui n’avait pas encore d’enfants. Ma grossesse s’est très bien passée, le genre d’histoire à faire des jalouses : pas de nausées, pas de douleurs, un peu fatiguée au deuxième et troisième mois. Rien à signaler. Etant très fine et Damien aussi, nous savions que par logique, nous n’aurions pas un gros bébé. Lors des échographies, Gaïa paraissait un peu plus petite que la norme, mais rien d’inquiétant. En y regardant de plus près, je suppose que c’était déjà les prémices d’un retard de croissance, qui s’est accentué jusqu’à la fin de ma grossesse.

Je me souviens de cette question de la part de mon gynécologue : avez-vous des contractions ? et ma réponse restait toujours la même : non, je sens juste qu’elle bouge, c’est tout !

Ceci est clairement un manque de connaissance de son corps. On vois des choses dans des films, on croit savoir ce qu’est une contraction. Moi, je me suis rendue compte (bien plus tard) que je ne savais pas ce que c’était. J’imaginais une douleur, et située au niveau du col de l’uterus peut être, en tout cas très bas et qui n’était pas forcement bon signe.

Je m’allongeais en rentrant du travail, et en me relaxant, je sentais enfin Gaïa bouger. En réalité, ce sont des contractions que je sentais, sur mon ventre. Effectivement ça donnait la sensation qu’il se passait quelque chose, mais ce n’était pas le cas. Si Gaïa n’avait pas été mon premier enfant, j’aurais été capable de comprendre que Gaïa ne bougeait pas.

J’ai accouché avec 5 semaines d’avance, faisant de Gaïa un bébé légèrement prématuré, avec un suivi en service de néonatalogie, mais sans avoir à être dans une couveuse.

La naissance de Gaïa a été compliquée car dans l’urgence, son coeur ne supportant pas les contractions, la durée du travail n’aidant pas. Après avoir perdu les eaux j’ai été stimulée et sous péridurale, pour sa survie. Elle avait en fait le cordon enroulé autour d’elle, d’où sa détresse cardiaque.

Nous avons su dès le début que quelque chose n’allait pas. On ne savait pas quoi, les médecins non plus. Elle était hypotonique. Ses muscles étaient atrophiés, le signe le plus probant étant qu’elle ne pouvait pas tenir sa tête. Un nouveau-né ne le peut pas vraiment mais il a les réflexes, et Gaïa ne les avait pas.